© 2004 Jean-Louis Swiners. Dernières modifications : 24 mars 2014  
Jean-Louis Swiners

Innovateurs créatifs de combat : un Top 70

7. S-T-W-Z

Le 26 septembre 2010
S
Schultz (Howard —), Starbucks Coffee
Semler (Ricardo —), Semco
Silver (Spencer— ) & Fry (Arthur —)
Simoncini (Marc —), Meetic
Sinclair (Sir Clive —)
 
T
Tata (Ratan —), Tata Corp.
Tomforde (Johan —), Nicolas Hayek et beaucoup d'autres. La Smart
Torvald (Linus —), Linux
 
V
Van Der Bruggen (Tom —), Kapla
 
W
Wales (Jimmy —) & Larry Singer. Wikipedia
Wozniak (Steve —)
 
Z
Zennstromm et Friis , Skype
Zuckerberg (Mark —), Facebook


S


Jean-Louis Swiners. Février 2010 (en cours de révision)
 SCHULTZ (Howard —)
Starbucks Coffee (1985)
Actualité. Depuis mars 2010, utilisation exclusive de café Max Havelaar certifiés Fair Trade (commerce équitable) en Europe
             
  Original   Howard Schultz     Starbucks Hong Kong
Le premier Starbucks à Seattle
Howard Schultz, 58 ans
Hong Kong, Caine Road
             
Starbucks Coffee   Starbucks Coffee   Strbucks Coffee   •
Un nouveau café et un nouvel art de vivre :
un troisième lieu
(200 …)
Son autobiographie
Paris
             
•   ••   •   •
My Idea for Starbucks (Suggestions clients)
Café Max Halevar
             
•   •       Starbucks. Implantation mondiale
Chili
Australie
16 000 Starbucks Coffee dans 50 pays (en 2009)

Directeur du marketing à Seattle, il découvre l'expresso lors d'un voyage à Milan et décide de le faire découvrir au monde entier
Leçons :
  • Profitez de vos voyages professionnels pour découvrir le monde et ses attentes
  • Si votre patron refuse vos bonnes idées, quittez-le après les avoir validées comme l'ont fait Hugh Heffner avec Playboy, ……… avec SAP, etc.
  • Mieux, lancez les avec lui en spin-out
  • Si le patron c'est vous, accueillez les bonnes idées et lancez des spin-out
Tags : spin-out

Pour mémoire (Wikipédia )

Howard Schultz

Howard Schultz (born July 19, 1953) — 57 ans —is an American businessman, and entrepreneur best known as the chairman and CEO[2] of Starbucks and a former owner of the Seattle SuperSonics. Schultz co-founded Maveron, an investment group, in 1998 with Dan Levitan.
In 2006, Forbes Magazine ranked Schultz as the 354th richest person in the United States, with a net worth of $1.1 billion dollars.

Biography

Howard Schultz was born on July 19, 1953 in Brooklyn, New York, growing up in the Carnisie housing project. Schultz was poor growing up, so to escape the thoughts of being poor, he turned to sports such as baseball, football, and basketball. In high school, Schultz was amazing at sports and was awarded an athletic scholarship to Northern Michigan University, the first person in his family to go to college. A member of Tau Kappa Epsilon, in 1975 Schultz received his bachelor's degree in business and marketing.
[edit]Career
After graduating, he worked a variety of jobs, until becoming a salesperson for Xerox Corporation. In 1979 he became a general manager for Swedish drip coffee maker manufacturer, Hammarplast.
In 1981, Schultz's travelled to Seattle to check out a popular coffee bean store chain called Starbucks, that had been buying Hammarplast coffeemakers. In 1982, he joined Starbucks Coffee Company in Seattle as the Director of Marketing[citation needed].
After joining Starbucks, while Schultz was on a buying trip to Milan, Italy, he noted that coffee bars existed on practically every street. He learned that they not only served excellent espresso, they also served as meeting places or public squares; they were a big part of Italy's societal glue, and there were 200,000 of them in the country.
On his return, he tried to persuade the owners (including Jerry Baldwin) to offer traditional espresso beverages in addition to the whole bean coffee, leaf teas and spices they had long offered. After a successful pilot of the cafe concept, the owners refused to roll it out company-wide, saying they didn't want to get into the restaurant business. Frustrated, Schultz started his own coffee shop named Il Giornale in 1985. Two years later, the original Starbucks management decided to focus on Peet's Coffee & Tea and sold its Starbucks retail unit to Schultz and Il Giornale for $3.8 million.
Schultz renamed Il Giornale with the Starbucks name and aggressively expanded Starbucks' reach across the United States. Schultz's keen insight in real estate and his insatiable appetite for coffee drinks drove him to grow the company rapidly. Schultz didn't believe in franchising, so made a point of having Starbucks own every domestic outlet with one exception. Schultz also went 50-50 with Magic Johnson on stores in minority communities. Schultz is also a significant stakeholder in Jamba Juice.[citation needed]
On January 8, 2008 Schultz regained his status as CEO of Starbucks after a hiatus of 8 years.[3] While CEO of Starbucks in 2008, Schultz earned a total compensation of $9,740,471, which included a base salary of $1,190,000, and options granted of $7,786,105.[4]
Schultz co-authored a book called Pour Your Heart into It that expounds on his life journey with Starbucks[citation needed]. In his book Schultz admits that he was afraid that "Starbucks may become another soulless big chain."

 

Sports
Schultz is also the former owner of the NBA's Seattle SuperSonics. On July 17, 2006, it was announced that Schultz sold the team to a group of businessmen from Oklahoma City for $350 million. It was speculated that the new owners would move the team to their city some time after the 2006-2007 NBA season.[5] On July 3, 2008, the City of Seattle reached a settlement with the new ownership group and the Sonics did, in fact, move to Oklahoma City.[6] The Sonics had a 41-year history in Seattle, and the sale of the established franchise to out-of-state owners considerably damaged Schultz' popularity in Seattle.[7] In a local newspaper poll, Schultz was judged "most responsible" for the team leaving the city, winning 42% of the vote.[8] Howard Schultz filed a lawsuit against Sonics chairman Clay Bennett, in April 2008, to rescind the July 2006 sale based on fraud and intentional misrepresentation. However, Schultz dropped the lawsuit in August 2008. When Bennett purchased the Sonics and its sister franchise in the WNBA, the Seattle Storm, for $350 million, he agreed to a stipulation that he would make a "good-faith best effort" for 1 year to keep both teams in Seattle. He has since sold the Storm to four Seattle women who will keep the team in Seattle.[9]
[edit]Comments about the UK economy
Schultz said to a cable TV channel in February 2009 about his concerns on the economy that "the place that concerns us the most is western Europe, and specifically the UK. The UK is in a spiral." He added that his main concerns were "Unemployment, the sub-prime mortgage crisis, particularly in the UK, and consumer confidence, particularly in the UK, is very, very poor."
Lord Mandelson, the UK Business Secretary, responded saying Britain was "not spiralling, although I've noticed Starbucks is in a great deal of trouble - but that might be because of their over-expansion, given the state of the market." Mandelson was later overheard at a drinks reception, saying: "Why should I have this guy running down the country? Who the is he? How the hell are they [Starbucks] doing?"
An official comment from Starbucks read that "It is a difficult economic situation in the US and around the world. Please be assured that Starbucks has no intention of criticising the economic situation in the UK. We are all in this together and as a global business we are committed to each and every market we serve."[10]
Awards

In 1998, Schultz was awarded the "The Israel 50th Anniversary Tribute Award" from the Jerusalem Fund of Aish Ha-Torah for "playing a key role in promoting a close alliance between the United States and Israel".[11]
In 1999, Schultz was awarded the "National Leadership Award" for philanthropic and educational efforts to battle AIDS.[12]
In 2007 he received the FIRST Responsible Capitalism Award [13].
On March 29, 2007, Schultz accepted the Rev. Theodore M. Hesburgh, C.S.C., Award for Ethics in Business at the Mendoza College of Business at the University of Notre Dame. The same night, he delivered the Frank Cahill Lecture in Business Ethics.[14]
[edit]Criticism

In May 2009 Schultz's business practices came under criticism from Brave New Films[15]. He is accused of illegally obstructing the unionization of Starbucks employees.

   
Février 2010

Starbucks Coffee
Starbucks est la plus grande chaîne multinationale de cafés. Fondée en 1971, Starbucks Coffee Company est alors un commerce spécialisé dans le café en grains. Devenue officiellement Starbucks Corporation en 1987 après son acquisition par Howard Schultz (mais continuant à communiquer sous le nom de Starbucks Coffee Company), l'entreprise a ouvert et racheté des boutiques à travers de nombreux pays. Les magasins Starbucks, outre des boissons, vendent toujours leur propre marque de café (moulu ou en grains), du thé, des pâtisseries, des ustensiles et des machines à café.

Le premier magasin Starbucks est ouvert à Seattle en 1971 par trois partenaires : Jerry Baldwin, un professeur d'anglais, Zev Siegel, un professeur d'histoire, et l'écrivain Gordon Bowker. Les trois entrepreneurs, passionnés de café, ont été inspirés par Alfred Peet, qu'ils connaissaient personnellement, et ouvrent leur premier commerce pour vendre du café en grains de haute qualité et des machines à café. L'entreprise tient son nom de « Starbo », un camp minier du xixe siècle du mont Rainier, qui rappelle aux fondateurs « Starbuck », un personnage de Moby Dick. Le logo choisi est une sirène couronnée. Le magasin originel est situé au 2000 Western Avenue de 1971 à 1976, puis déménage au 1912 Pike Place. Pendant la première année, Starbucks achète ses grains non torréfiés directement à Peet's, le commerce fondé par Alfred Peet. Par la suite, Les fondateurs achètent directement aux producteurs. Ils torréfient leurs grains à des niveaux proches de ceux de Peet's, noirs et mi-noirs.
L'entrepreneur Howard Schultz, auparavant un cadre chez Xerox et Hammarplast, rejoint la société en 1982. Après un voyage à Milan, Schultz, inspiré par les bars à espresso italiens, suggère que les magasins Starbucks servent des boissons au café en plus de café en grains. Les propriétaires rejettent initialement l'idée, mais en avril 1984 laissent Schultz tenter l'expérience sous la forme d'un bar à espresso dans la sixième enseigne ouverte par la société à Seattle. Malgré le succès relatif de l'expérience, Baldwin refuse d'ouvrir d'autres bars, préférant se concentrer sur le savoir-faire de Starbucks en matière de commerce en café en grains. Entretemps, l'entreprise s'est lourdement endettée pour faire l'acquisition de Peet's en 1984 (Alfret Peet avait vendu sa société en 1979), dont les six magasins sont situés dans la région de San Francisco.
Schultz décide alors de fonder sa propre entreprise, Il Giornale, dans laquelle Starbucks devient l'un des actionnaires principaux. Le premier bar de la nouvelle enseigne ouvre dans le centre-ville de Seattle en 1985, reproduisant l'atmosphère et l'offre d'un café à l'italienne (le concept est par la suite rapidement modifié pour s'adapter au marché local — des tables sont introduites, le menu est en partie traduit et simplifié, et les baristas adoptent une tenue plus décontractée). Après quelques mois, un autre bar ouvre à quelques pâtés de maison de là, et un autre à Vancouver, en Colombie-Britannique, de l'autre côté de la frontière.
En 1986, les fondateurs de Starbucks veulent concentrer leurs efforts sur les magasins Peet's, et décident de vendre les actifs de Starbucks. Schultz réussit à trouver les 3,8 millions de dollars nécessaires à l'acquisition notamment grâce au soutien financier de William Henri Gates II, le père de Bill Gates, fondateur de Microsoft3. Il Giornale avale donc la maison mère, dont les anciens propriétaires cèdent également la marque et les droits associés. Starbucks Corporation naît officiellement en 1987 de la fusion des deux entreprises. Le logo reste la sirène de Starbucks, mais vire au vert d'Il Giornale, et devient plus contemporain. Howard Schultz devient chairman et chief executive officer (CEO) du nouveau Starbucks. Les bars Il Giornale sont renommés, et l'ensemble des magasins sont réaménagés pour accommoder à la fois les bars à espresso et la vente de café en grains. Deux nouveaux cafés ouvrent fin 1987 à Vancouver et Chicago. L'objectif de Schultz est alors d'ouvrir 125 enseignes en 5 ans.

Les années qui suivent sont plus difficiles. Trois autres enseignes Starbucks sont ouvertes à Chicago, mais le succès reste très limité, et l'entreprise doit refaire un tour de table auprès d'investisseurs fin 1989. Le fondateur de Costco Jeff Brotman rejoint le comité de direction en 1989. 15 cafés sont ouverts en 1988, 20 en 1989, 30 en 1990, 21 en 1991 et 53 en 1992, tous détenus par Starbucks, essentiellement dans les régions de Chicago, Portland, Seattle et Vancouver. En octobre 1990, Starbucks clôture sa première année fiscale profitable depuis son rachat. Deux des investisseurs initiaux, Craig Foley et Jamie Shennan, dirigeants respectivement de Chancellor Capital Management et de Trinity Ventures, ont entretemps rejoint le comité de direction. 1991 marque l'entrée de Starbucks en Californie, où la marque rencontre un gros succès critique et commercial, mais aussi l'introduction d'un système de stock options (surnommé Bean Stock), une première pour une société non cotée en bourse.
En 1992, Starbucks vise la Californie du Nord (un marché que Schultz visait dès le début mais que son entreprise ne pouvait attaquer jusqu'ici sans violer l'accord de non-concurrence de 4 ans signé par Peet's et Starbucks en 1987, et un premier café est ouvert à San Francisco. Lorsque Starbucks fait son introduction en bourse cette année-là au Nasdaq, la chaîne compte déjà 165 enseignes. Starbucks débute alors un partenariat avec la chaîne Barnes & Noble, ouvrant des bars à l'intérieur de plusieurs librairies du groupe.
En 1996, Barbara Bass, anciennement CEO des grands distributeurs I. Magnin et Weinstock Emporium, rejoint le comité de direction. Cette année est également marquée par l'expansion de Starbucks sur le marché asiatique : une enseigne ouvre à Tokyo, et malgré les prédictions sceptiques de certains analystes, Starbucks est un succès au Japon, un pays où le café reste une boisson associée à la culture occidentale, en faisant un phénomène de mode. Les cafés nippons de la chaîne sont non-fumeurs, allant à l'encontre de la culture locale, mais ayant ainsi contribué à l'attrait de la marque. Le Japon représente le second plus gros marché pour l'entreprise en dehors des États-Unis.

Pays où l'on retrouve des Starbucks
Dans les années qui suivent, Starbucks adopte une expansion agressive en Asie et Océanie, ouvrant des magasins en Corée du Sud, à Singapour, en Thaïlande, en Nouvelle-Zélande, à Taïwan, en Malaisie et en Chine populaire. La chaîne attaque également le Moyen-Orient, avec l'ouverture de café au Koweït et au Liban, et entre sur le marché européen à travers l'acquisition de 65 cafés de la chaîne Seattle Coffee Company au Royaume-Uni en 1998, et avec l'implantation d'enseignes en Grande-Bretagne.

 

Howard Schultz abandonne en 2000 son poste de CEO (mais garde son titre de président) pour devenir chief global strategist et se concentrer sur l'expansion internationale de la chaîne. Le premier café Starbucks en Europe continentale ouvre en mars 2001 à Zurich, en Suisse, où la chaîne s'est implantée à travers Starbucks Coffee Switzerland AG, une entreprise commune avec la holding grecque de grande distribution Marinopoulos Brothers SA, un groupe avec lequel Starbucks établit une autre coentreprise pour son lancement en Autriche, la même année. En 2002, Starbucks ouvre son premier magasin au Mexique, dans la capitale (paradoxalement, même si le pays est le cinquième producteur de café, la population locale n'en consomme guère, le plus gros étant destiné à l'exportation). Starbucks poursuit son expansion en Europe et la filiale Starbucks Coffee Deutschland GmbH ouvre ses premiers cafés en Allemagne, et en Espagne à travers Starbucks Coffee España, S.L., une entreprise commune avec le groupe espagnol de restauration Grupo Vips — en France, les premiers cafés sont ouverts en 2004, et gérés par Starbucks Coffee France SAS, une autre coentreprise avec Grupo Vips. Au Québec, la majorité des cafés Starbucks appartenaient à Café Vision Inc (2001 à 2008), mais celle-ci a vendu tous ses actifs à Starbucks Coffee Company en août 2008. Aujourd'hui la majorité des magasins Starbucks du Québec sont corporatifs à l'exception de quelques localités comme l'aéroport international Pierre-Elliott-Trudeau de Montréal, certains hôtels et certaines librairies Chapters.
Fin 2006, Starbucks comptait plus de 12 000 enseignes dans le monde, et annonçait un revenu net consolidé de 7,8 milliards de dollars pour l'année fiscale, une croissance de 22% par rapport à la période précédente4. Starbucks projette d'ouvrir 2400 enseignes dans l'année fiscale 2007, dont 1000 magasins détenus par l'entreprise et 700 franchises aux États-Unis, et à l'international 12000 magasins dont elle serait propriétaire et 400 franchises.
En août 2008, Starbucks a ouvert son premier magasin en Flandre (Belgique), notamment à l'aéroport de Bruxelles.
Diversification et adaptation
L'expansion de Starbucks s'est faite souvent à contre-courant de la vision originale de ses fondateurs et dirigeants. Jerry Baldwin refusa ainsi de se lancer dans la restauration, et après la vente des actifs de Starbucks concentra ses efforts sur ce type d'activité à travers la chaîne Peet's — ironiquement, les magasins Peet's se sont également lancés à partir des années 1990 dans la restauration en plus de la torréfaction et la distribution de café et de thés.
Afin de remédier à la perte de fraîcheur liée à la livraison de café à partir du lieu de torréfaction vers les enseignes situées à plusieurs milliers de kilomètres, Starbucks utilise à partir des années 1980 des paquets de cinq livres à valve unidirectionnelle, permettant l'évacuation de dioxyde de carbone mais interdisant l'introduction d'air ou d'humidité.
Dans les années 1990, Howard Schultz, sous la pression de Howard Behar, doit accepter de s'adapter aux exigences du marché et sacrifie certains de ses credos : les enseignes Starbucks commencent ainsi à proposer pour leurs boissons, en plus du lait entier, du lait écrémé et demi-écrémé. Ce changement ira plus loin encore : Starbucks annonce en septembre 2007 que les boissons à base d'espresso seront désormais composée par défaut avec du lait à 2% de matière grasse, à moins que le client ne précise un autre type de lait. Schultz et d'autres puristes doivent progressivement faire d'autres compromis, notamment lorsque la marque commercialise des cafés décaféinés, introduit des machines à espresso automatiques dans de nombreux magasins pour améliorer leur productivité, ou ouvre des enseignes équipées pour le drive-thru.
La marque Starbucks est apposée en 1995 à une version embouteillée de l'une de ses boissons fraiches au café, le Frappuccino, dont la fabrication et la distribution sont confiée à PepsiCo. Starbucks appose également sa marque à des crèmes glacées de la marque américaine Dreyer's. En 2005 est lancée Starbucks Cream Liqueur, une liqueur de café fabriquée et distribuée par Jim Beam Brands Co..
Schultz rejette d'abord le principe des franchises malgré l'insistance de Jack Rodgers, le vice-président chargé des nouveaux développements du groupe, et qui fut l'un des premiers franchisés de McDonald's. Schultz refuse l'idée, insistant sur l'importance de contrôler la qualité des produits et du service à travers une intégration verticale rigoureuse. Cette stratégie sera revisitée à la fin des années 1990, notamment pour l'expansion internationale de la marque.
Le 14 février 2007, Howard Schultz met en garde dans un mémorandum5 6 l'équipe dirigeante de Starbucks contre la « banalisation » de la marque, remettant en question certaines stratégies de la dernière décennie. Le président déplore notamment l'adoption massive de machines à espresso automatiques dans plusieurs milliers de ses enseignes, ne permettant plus aux clients d'observer la production de la boisson, l'aménagement de magasins tendant à se ressembler, décrits par certains comme « stériles » et manquant d'« âme », et le fait que certaines enseignes ne moulent plus leur café.
Les magasins Starbucks américains vendent désormais, en plus de machines à cafés et d'ustensiles divers, une sélection de CD musicaux produits ou co-produits par Starbucks.
Le « troisième lieu »
Howard Schultz définit dans sa biographie sa vision de Starbucks comme un « un troisième lieu » (a third place), en plus de ceux que représentent le domicile et le lieu de travail. Le dirigeant de la chaîne veut créer un endroit familier et confortable, à l'instar des cafés français et viennois, les pubs anglais et irlandais et les brasseries allemandes. Il veut également y instiller un goût de rêve, un confort accessible, un statut d'oasis social et un endroit facilitant l'interaction informelle7.
Dans la comédie romantique Vous avez un mess@ge, la chaîne bénéficie d'un placement produit généreux à travers le film. La réalisatrice Nora Ephron reprit d'ailleurs dans un entretien en marge du film la définition d'Howard Schultz des magasins Starbucks comme « un troisième lieu ». Le personnage de Tom Hanks, le dirigeant d'une grande chaîne de librairies causant la fermeture d'un petit commerce de quartier, explique le succès de Starbucks de la façon suivante :
« Le seul but d'endroits comme Starbucks est de permettre aux gens indécis de prendre six décisions d’un seul coup simplement pour acheter un café. Court, grand, décaf, léger, noir, avec crème, sans crème, etc... Les personnes qui n’ont donc aucune idée de ce qu’ils sont, peuvent, pour seulement 2,95 dollars s’offrir non seulement une tasse de café, mais, une définition absolue de soi : grand ! décaf ! capuccino !8 »
Paradoxalement, le décor des cafés Starbucks, visant à établir une atmosphère de confort, est souvent critiquée par l'uniformisation impersonnelle qu'elle suppose. Dans le roman de Nick Hornby Vous descendez ? (A Long Way Down), les personnages principaux se retrouvent régulièrement dans une enseigne Starbucks de Londres. L'un d'entre eux, Jess, une lycéenne rebelle, ridiculise l'anti-corporatisme de l'un des personnages :
« Les gens n'arrêtent pas de critiquer les endroits comme Starbucks en les accusant d'être impersonnels et tout ça, mais et alors, si c'est ce qu'on recherche ? [...] J'aime savoir qu'il y a des endroits spacieux sans fenêtres où tout le monde se fout de vous. Il faut avoir de l'assurance pour aller dans des petits endroits avec des habitués, des petites libraries et de petits magasins de disques et des petits restaurants et des cafés. Je me sens mieux au Virgin Megastore et à Borders et à Starbucks et à PizzaExpress, où tout le monde se fout de qui je suis, et où personne ne sait qui je suis. Ma mère et mon père n'arrêtent jamais de dire à quel point ces endroits manquent d'âme [...] C'est ça leur intérêt. »

   
Janvier 2010
Max Halevaar
     
   
Date

Nov. 2009
SEMLER (Ricardo —),
Semco
             
Ricardo_Semler   À contre-courant de Ricardo Semler   MaverIck   The_SeVen_DaY
Ricardo Semler
Voir Patagonia
Tag : innovation managériale, innovation sociale
••    

Ricardo Semler (born 1959 in São Paulo) is the CEO and majority owner of Semco SA, a Brazilian company best known for its radical form of industrial democracy and corporate re-engineering. Under his ownership, revenue has grown from US$4 million in 1982 to US$212 million in 2003 and his innovative business management policies have attracted widespread interest around the world. TIME featured him among its Global 100 young leaders profile series published in 1994 while the World Economic Forum also nominated him. The Wall Street Journal America Economia, the Wall Street Journal's Latin American magazine, named him Latin American businessman of the year in 1990 and he was named Brazilian businessman of the year in 1990 and 1992. Virando a Própria Mesa ("Turning Your Own Table"), his first book, became the bestselling non-fiction book in the history of Brazil. He has since written two books in English on the transformation of Semco and workplace re-engineering: Maverick, an English version of "Turning Your Own Table" published in 1993 and an international bestseller, and The Seven Day Weekend in 2003.
Semco 1982-1990
Semler went to work for his father's company, originally called Semler & Company, then a Mixer & Agitator supplier in São Paulo. Semler clashed with his father, Antonio Semler, who supported a traditional autocratic style of management while the younger Semler favoured a decentralised, participatory style. Further, Ricardo favoured diversification away from the struggling shipbuilding industry, which his father opposed.
After heated clashes, the son threatened to leave the company. Rather than see this happen, Antonio Semler resigned as CEO and vested majority ownership in his son in 1980 when Ricardo was 21 years old. On his first day as CEO, Ricardo Semler fired sixty percent of all top managers. He began work on a diversification program to rescue the company. A fainting spell when he was 25 inspired him to want a greater work-life balance for himself and his employees.
Attempts to introduce a matrix organisational structure in 1986 failed to achieve desired improvements[1].
In the late 1980s, three engineers at SEMCO proposed setting up a Nucleus of Technological Innovation to develop new businesses and product lines which Semler endorsed. At the end of the first six months, NTI had identified 18 such opportunities. Following the success of this initiative, satellite units were encouraged throughout SEMCO. By the late 1980s, these satellite units accounted for two-thirds of its new products and two-thirds of its employees.
Semco 1990-2004
After dramatic restrictions on liquidity instituted by Brazilian president Fernando Collor de Mello to combat hyperinflation in 1990, Brazil's economy went into a severe downturn, forcing many companies to declare bankruptcy. Workers at SEMCO agreed to wage cuts, providing their share of profits was increased to 39%, management salaries were cut by 40% and employees were given the right to approve every item of expenditure.

 

Performing multiple roles during the crisis gave workers greater knowledge of the operations and more suggestions on how to improve the business. Reforms implemented during that time led to 65% reduction in inventories, a marked reduction in product delivery times and a product defects rate that fell to less than 1%. As the business climate improved, Semco's revenues and profitability improved dramatically.
As of 2003, SEMCO had annual revenue of $212 million, from $4 million in 1982 and $35 million in 1994, with an annual growth rate of up to 40 per cent a year. It employs 3,000 workers in 2003, as opposed to 90 in 1982. The company's units include:
the industrial machinery unit, which now manufactures mixing equipment as opposed to pumps
Sembobac, a partnership with Baltimore Air Cooler making cooling towers
Cushman and Wakefield SEMCO, a partnership with Rockefeller property company Cushman and Wakefield managing properties in Brazil and Latin America
Semco Johnson Controls, a partnership with Johnson Controls, managing large scale facilities such as airports and hospitals
ERM, a partnership with Environmental Resources Management, one of the world's leading environmental consultants
Semco Ventures, offering high technology and Internet services
SemcoHR, a human resources management firm
Semco-RGIS, an inventory control firm
As Semco grew, Ricardo Semler received a great deal of recognition. He was named Brazilian businessman of the year in 1990 and 1992, and the World Economic Forum named him as one of the Global Leaders of Tomorrow. A high profile committee appointed by CIO Magazine featuring Tom Peters, Jim Champy and Michael Hammer selected SEMCO as one of the most successfully re-engineered companies in the world. The BBC included SEMCO in its series on Re-Engineering the Business for creating one of the most successful management structures in business.
Other activities
Semler has reduced his involvement in Semco in the past decade to pursue other activities. He wrote a book Maverick on his experience at SEMCO which became a worldwide bestseller in 1993. A second book, The Seven Day Weekend: Changing the Way Work Works, followed in 2003.
He has appeared in the media around the world and speaks regularly to business schools, businesses and groups to promote his philosophy of industrial democracy. He has also been a visiting scholar at Harvard Business School.
Semler has been Vice President of the Federation of Industries of Brazil and a member of SOS Atlantic Forest, Brazil's leading environmental defence organisation. In 2003, he founded the Lumiar School, a democratic school where children aged from 2-10 learn only about things that interest them.
Ricardo Semler is also building a 20 room luxury eco-tourist resort, in much the same way he has built his other companies. He is getting locals to decide upon the design, and participate not only in the decision making process, but also in the process of building.

   
nov. 2009

Jean-Louis Swiners. Le 26 septembre 2010
 SILVER (Spencer —) (1964), Arthur FRY
et les autres.
Le Post-it Note (1984).
         
SIlver   Arthur Fry   Post-It HELLO !
1964. Spencer Silver découvre par hasard une colle qui ne colle que dans le mauvais sens
1974. Dix ans pour trouver
par hasard une application.
Et dix ans de plus pour en faire
un succès mondial
1984. Succès mondial
Vingt ans d'innovation en équipe, de la découverte fortuite à la succes story
     

L’invention du Post-It ne se résume pas dans le « trait de génie » d’Art Fry.  L’histoire est un peu longuette mais elle a duré près de 20 ans.
Nous la présenterons sous une forme chronologique :
1. Découverte  fortuite au sein de 3M d’une colle qui ne colle pas par Spencer Silver.
2. La mise en sommeil de la découverte faute de lui trouver une application pratique
3. Idée d’une application imprévue (les papillons adhésifs) par Art Fry.
4. Un développement industriel conventionnel : comment coucher cet adhésif sur le papier.
5. Un échec commercial
6. Une relance commerciale non-conventionnelle.

1. La découverte par hasard d’une colle qui ne colle pas
1964. En s’amusant à mélanger en proportions diverses, pour voir, des monomères que lui a envoyés un fournisseur,  Spencer Silver, un chimiste de 3M, invente par hasard un adhésif poisseux (= sérendipité de type 1 dans notre typologie. Voir :  http://www.serendipite-strategique.com ),  un nouveau polymère adhésif acrylique
C’est plus un cohésif qu’un adhésif. Il ne colle qu’à lui-même. Et, pire, il ne colle que dans un sens, il est antidérapant mais pas collant
1964-1968. Silver cherche à le faire commercialiser sous forme de Spray (comme il l’est aujourd’hui pour les arts graphiques) et sous forme de tableau de conférencier auto-collant (comme il l’est depuis peu).
L’idée : un support adhésif.  Aucune réaction du marché.

 2. Interruption du développement.
1968-1972. Le programme des polymères adhésifs est supprimé.
Sept. 1972. Nomination d’un nouveau directeur de département, Geoffrey Nicholson. Fortuitement, Silver parvient à obtenir de lui  les crédits nécessaires pour breveter (brevet n° 3 691 140) sa formule, mais pour les États-Unis seulement.

3. La découverte fortuite d’une utilisation imprévue
1974. Art Fry, un collègue de Silver, est  chef de choeur de l’église presbytérienne de North St-Paul. Un dimanche matin, lui vient l’idée (l’inspiration du  Saint-Esprit),  d’empêcher les signets qu’il utilise  pour marquer les psaumes dans sa bible de glisser en les enduisant de la colle anti-dérapante de son ami Silver. Ça marche ! On peut les repositionner d’une page à une autre et ils ne glissent pas.

4. Résolution d’un problème de fabrication
 Problème : l’adhésif poisseux reste soit sur l’un des supports soit sur l’autre et d’adhère pas au papillon (adhésif sans mémoire).
Deux membres de l’équipe de Nicholson : Henry (Hank) Courtney et Roger Merrill trouvent le moyen de coucher en continu le cohésif sur du papier et qu’il y reste en continu de façon industrielle.

5. L’échec commercial

1978. Marché test à Tulsa, Denver, Richmond et Tampa en stratégie push (auprès des distributeurs de fournitures de bureau).
Échec commercial. C’est un fiasco !
Incapable d’expliquer à quoi cela servait, les commerciaux étaient incapables de les vendre.

6. La réussite commerciale
Geoffrey Nicholson y croit et relance en stratégie pull à Richmond, et au sein de 3M dont Joseph (Joe) Ramey, directeur général des ventes du département ruban commercial.
Diffusion au sein de 3M. Ça marche !

1978.  Arrive un directeur marketing musclé : Bill Schonenberg
Il se livre à Boise  — une ville de 200.000 habitants au nord de Salt Lake City —   à une distribution gratuite de Post-It.  Ce sera l’opération  « Boise Blitz ». 90 % des utilisateurs (RÉ)-achètent. Conclusions : la clé du succès réside dans des opérations promotionnelles que l’on est certain de rentabiliser.
1980. Ventes nationales sur 11 États. Réusite.
1981. Canada et Europe. Avec le succés que l’on sait.

Conclusions : Il aura fallu l’acharnement d’au moins sept personnes  — Art Fry, Spencer Silver, Joe Ramey, Geoffrey Nicholson, Bill Schonenberg, Henry Courtney, Roger Merill  — pendant près de vingt ans pour faire déboucher une innovation aussi simple que le papillon auto-collant.
On trouve du hasard chanceux, la nécessité de forcer la chance par une action commerciale hors-norme, etc


Tag : Pugnacité, résilience, Zadigacité (Serendipity)

Mai 2010
SIMONCINI (Marc —), Meetic, 2002

             
Marc Simoncini Meetic   ••   La Smart    
Marc Simoncini, 46 ans
En BMW C1
La Smart spéciale mariage
             
Nounours   ••   ••    
Les nounours
Les bureaux à Boulogne-Billancourt
Commentaires
Tags :
 
Pour mémoire. Wikipédia.
••    

Né en 1963 à Marseille. Informaticien et chef d'entreprise français. Fondateur d'un des premiers site de communauté francophone I-France et du site web de rencontre par internet Meetic.
Biographie

Après un baccalauréat D, il termine ses études à SUPINFO en 1984.
En 1985, il fonde sa première entreprise (CTB, à Dijon, spécialisée dans la fourniture de services Minitel).
En 1989, il crée la société SSII Opsion Innovation spécialisée en développement de solutions interactives sous UNIX. Il utilise le Minitel pour élargir sa clientèle.
En 1996, il découvre internet et crée iFrance en juin 1998, un des premiers sites de communauté français à succès, implanté dans les pays francophones (France, Suisse, Québec, Belgique).

  Il revend en avril 2000 iFrance à Vivendi Universal pour 182 millions d'euros (il avait dû lever 20 millions de francs français pour ouvrir iFrance). Sa fortune étant faite, il intervient ensuite comme conseil et business angel dans diverses startups (millemercis, cashstore, prestigium).
En janvier 2002, il crée le site web de rencontre sur internet Meetic dont il fait rapidement une référence. Le site est leader en Europe dans sa catégorie avec 28 millions de profils enregistrés depuis sa création et 28,4% des parts de marché (chiffre Nielsen/NetRatings en mai 2006). Meetic s'étend dans toute l'Europe, en Chine et au Brésil puis vers le monde entier et est introduit en bourse le 13 octobre 2005 pour une valeur de plus de 500 millions d'euros, dont il est l'actionnaire de référence
.
     

  Lundi 8 février 2010  
SINCLAIR (Sir Clive —)
Sinclair Research
             
•   ••   ••    
Le gourou
La télé miniature
La calculette

 La C5
             
••
•
•

 

Sir Clive Sinclair en C5
Pour insertion d'un visuel
Pour insertion d'un visuel

 L'A-Bike
             
••
•
 

•

Sir Clive Sinclair et son A-Bike
Pour insertion d'un visuel
l
Pour insertion d'un visuel
¨¨Pour en savoir plus : la guerre des velos pliables >>

 Son mariage

Commentaires
Tags :
 
Pour mémoire. Wikipédia.
••    
     
     

T

  Jean-Louis Swiners. Le 28 septembre 2010 (en cours de révision)
TATA (Ratan —),
Tata Corp.
2008. Rachat à Ford de Jaguar et de Land-Rover
         
Ratan Tata   Deux   •
Ratan Tatan
Kolkata. Deux enfants.
New Dehll
         
Trois   Trois enfants   •
Trois enfants
Quatre enfants
Mumbay…
         
•   •   •
La Maruti 800
…………
             
    •   Manifestation   Nano de base
 
…Bungalore
Manifestations paysannes contre le projet d'implantation
d'une usine ultra-moderne sur leurs terres
L'HISTOIRE. C'est l'histoire d'un innovateur qui, à Kolkata (nouveau nom de l'ex-Bombay) voit passer tous les jours des fenêtres de son bureau des motos sur lesquelles des couples s'entassent avec leurs deux, trois, quatre enfants et même parfois plus (nous en avons compté jusqu'à cinq !)
LEÇONS :
• Autre pays, autres normes. Les normes européennes ne s'appliquent pas forcément à tous les marchés
• Ne jamais se laisser rebuter par les obstacles
• Regarder vivre les gens
TAGS : Émotion créatrice, indignation créatrice, résilience

o
Ratan TATA

Pour mémoire. Repris de Wikipédia.
Né en 1937 à Mumbai est le patron du conglomérat indien Tata, propriété de la famille Tata. Il est le fils de Soonoo Tata et Naval Hormusji Tata (ce dernier s'est ensuite remarié à Simone Dunoyer (française née et élevée en Suisse).
Après des études d'architecture à l'université Cornell, il s'installe quelque temps aux États-Unis. En 1991, le patron charismatique Jehangir Tata (1904-1993), fondateur d'Air India, lui laisse la responsabilité de la direction du conglomérat, mais sa légitimité est contestée. Il a un caractère réservé et, au début, ses rapports avec les différentes filiales sont difficiles, de plus il n'est propriétaire que de 1% du groupe.
Il réorganise les 80 sociétés de son conglomérat en 7 secteurs d'activité — ingénierie, matériaux, énergie, chimie, biens de consommation, NTIC, services. Il fait prendre à son groupe le virage du high-tech et des télécoms. Il rachète aussi Tetley Group qu'il intègre dans Tata Tea qui devient ainsi le leader mondial sur ce créneau.

 

En 2006, il signe des accords commerciaux et industriels avec le groupe Fiat — Tata va distribuer en Inde les voitures Fiat — et entre dans son conseil d'administration.
En 1995, tous finissent par reconnaître les qualités et les performances de ce grand leader. Même le magazine Forbes l'a élu businessman de l'année en 2005.
En 2008, il lance la voiture la moins chère du monde son nom est Nano et elle coûte 1691,87€. Durant la même période il rachète à Ford (en importantes difficultés financières) deux fleurons de l'industrie automobile de luxe anglaise : Land Rover & Jaguar.

 

 
o
La Tata Nano

Pour mémoire. Wikipédia.
La Tata Nano est une automobile citadine créée par Tata Motors. Le modèle a été dévoilé le 10 janvier 2008 lors du 9e salon de New Delhi Expo Auto, en Inde. Un des premiers enjeux de la Nano était de répondre de façon adaptée aux besoins du marché local en produisant une voiture accessible au plus grand nombre. Dans un second temps l’objectif de Tata Motors est de s’implanter sur le marché international, notamment celui de pays comme la Chine, avec une voiture qui aurait les qualités de ses rivales à un prix défiant toute concurrence.
La Tata Nano de série (sans chauffage ni ventilation, radio et direction assistée) est présentée comme la voiture neuve au prix le moins dispendieux du monde, avec un prix de INR 100 000 (hors taxes), soit approximativement 1 560 € ou 2 000 US$.
Actuellement dotée d'une boite de vitesses à quatre rapports elle sera prochainement équipée en option d'une transmission CVT.
Histoire
Le concept.
Le concept de la Nano revient à Ratan Tata.
Observant les deux-roues qui circulent dans les rues de Kolkata, transportant jusqu'à quatre personnes, des familles entières, Ratan se demande comment concilier les exigences de sécurité avec les possibilités financières de ces familles.
La BMW C1 offre une réponse partielle, mais sa tenue de route est insuffisante et le modèle a été un échec commercial.
Ratan Tata pense alors à un modèle qui combinerait la légèreté et le prix d’un scooter avec la stabilité d’une quatre-roues mais ne réussit pas à intéresser l’Association des fabricants de pièces automobiles, l’ACMA (Automotive Component Manufacturers' Association) à son idée.
En 1998, Chrysler expérimente avec un prototype, la Chrysler CCV, destiné aux pays émergents, qui utilise des matériaux de synthèse, plus légers, mais qui ne sera pas commercialisé.
En Inde, la Maruti 800, sortie en 1984, devient une des voitures les plus populaires sur le marché national, donnant aux constructeurs indiens une idée de ce qu’attendent les consommateurs.
Le concept de la Nano va désormais s’articuler autour de ces trois objectifs : garantir la sécurité des passagers, maintenir le
prix accessible au plus grand nombre, trouver une formule qui assure la popularité du véhicule.
Les innovations
Tata Motors collabore avec Bosch pour concevoir un moteur à la fois puissant, mais plus simple que celui des voitures qui sont alors commercialisées.
Le nombre d’essuie-glace est réduit à un.
La taille réduite des roues, plus légères, plus économiques en termes de pneus, élimine la nécessité de la direction assistée ; les roues motrices sont légèrement plus larges que les roues avant pour assurer une tenue de route correcte dans les virages.
La carrosserie de métal doit combiner légèreté pour le coût et rigidité pour la sécurité.
Pour augmenter la place dans l’habitacle, les ingénieurs installent le moteur à l’arrière ; il sera accessible en repoussant les sièges des passagers.

 

Les difficultés de production
La production de 250 000 exemplaires par an dans un premier temps puis de 500 000/an est prévue dans l'usine de Singur, État du Bengale occidental. Cependant l'hostilité des paysans dont les terres ont été réquisitionnées pour la construction de l'usine, mouvement qui bénéficie du soutien de Mamata Banerjee, leader de l'opposition au parti au pouvoir, a décidé les dirigeants de Tata Motors à arrêter le chantier. L'entreprise a investi 350 millions de dollars dans l'aventure. Ces événements pourraient retarder la livraison des nanos, prévue pour octobre 2008. Au début du mois d'octobre 2008, Tata Motors prend la décision de délocaliser l'usine au Gujarat.
Les aléas qui affectent l’ensemble de l'économie mondiale en 2008 provoquent des inquiétudes sur la capacité de Tata à tenir ses promesses. Le prix symbolique annoncé de 100 000 roupies lors du lancement est menacé lors de la hausse du cours des matières premières en 2008, de même que pour tous les produits manufacturés. En juin 2008, Hyundai abandonne l'idée d'une voiture bon marché, laissant Renault-Nissan et Bajaj Auto, qui avaient conclu un accord en mai 2008, comme seuls concurrents possibles de la Tata Nano sur le marché indien. La baisse des cours des matières premières éloigne cette menace, mais la crise de 2008 a touché l’entreprise qui a perdu 58,5 millions de dollars au cours du dernier trimestre de l’année. De plus Tata Motors s'est endettée en juin 2008 pour racheter Jaguar et Land Rover à Ford. Le succès de la Nano représente un gros enjeu pour la compagnie, qui annonce la sortie du véhicule avec sept mois de retard pour le 23 mars 2009.
En 2009, Tata Motors ne dispose que d’une unité de production à Pantnagar (Uttaranchal) près de New Dehli. L’usine, qui produisait des camionnettes, a du être reconvertie, les installations dédiées à la voiture dans le Gujarat étant encore en construction ; elle doit revoir la production à la baisse. La compagnie estime pouvoir livrer 50 000 véhicules au lieu des 250 000 originellement prévus. Le journal Le Monde estime que les retards de production ont joué en faveur des concurrents, Maruti ou Bajaj, qui préparent une risposte. Le magazine libéral britannique The Economist note qu’aux sept mois de retard sur les dates annoncées, il faut ajouter un nouveau délai avant que les clients ne puissent passer commande et plusieurs mois d’attente avant que le véhicule ne leur soit livré. Seuls les 100 000 premiers acheteurs pourront bénéficier du tarif annoncé de 1 lakh, et si les commandes dépassent ce chiffre, ils seront tirés au sort. Pour les autres acheteurs, le prix de base en mars 2009 est de 1,23,360 roupies.
Le 23 avril 2009, Tata Motors a annoncé qu’un modèle européen pourrait sortir dans les deux années suivantes et qu’un modèle américain pourrait voir le jour avant trois, destiné à une clientèle jeune, à la recherche d’un véhicule bon marché.

 

Relecture le 24 mars 2014
TOMFORDE (Johann —) , Nicolas Hayek, etc.
La Smart
             
Johann Tomforde   Nafa 1982  
NAFA Porte ouverte
Johann Tomforde, celui qui,
le premier, a eu
l'idée de la SMART en 1972
La NAFA de Tomforde en 1981
Un concept avec des portes coulissantes
             
Nicolas Hayek visionnaire   La Swatch Mobile   Tour_Velizy    
Nicolas Hayek, visionnaire
La Swatch Mobile d'Hayek en 1985
Une des fameuses tours.
             
Tour de nuit   Coquille de sécurité       Smart Fortwo ED
Une autre tour
La coquille
Le dernier avatar.
La Swatch ED
L'HISTOIRE. C'est l'histoire de deux hommes que tout opposait, qui se sont trouvés réunis un temps par hasard et dont les chemins ont ensuite divergé.
Johann Tomforde, Nicolas Hayek, Jurgen Schrempp et Roger Peske. La saga de la Smart : 4 (quatre) milliards d'euros de pertes
 
o
      
Pour mémoire. Wikipédia    

1973
Tout commence au début des années 70, lorsqu'un certain Johann Tomforde, un ingénieur de 24 ans, entre chez Mercedes pour plancher sur un véhicule destiné aux villes de l'an 2000. Un prototype va être réalisé en 1973 : moteur, conducteur et passager sont à l'air libre. Pas très convaincant, Mercedes abandonne le dossier, mais le jeune ingénieur ne renonce pas.
1981
Monté en grade, il fait réaliser un deuxième prototype, baptisé Nafa (pour Nahverkers-Farrzeug) « véhicule de proximité », qu'il présente au comité de direction de chez Mercedes. Un capot plongeant, deux sièges...le Nafa rappelle de très loin, la Smart actuelle. Avec, de plus, des portes coulissantes s'ouvrant omme celles de la Peugeot 1006.
Deux problèmes qui apparaîssent très vite :
• celui de la sécurité, concept auquel Mercedes est très attaché. Aucune chance au crash test
• celui de la production en série. A l'époque, ce modèle aurait coûté presque aussi cher qu'une Mercedes de type 190.
Le dossier retourne aux oubliettes.
1985
Cette année là, Nicolas Hayek, le co-inventeur des montres Swatch avec Ernst THomke,, prend contact avec plusieurs constructeurs automobiles européens pour leur parler de sa dernière idée : il veut produire une petite voiture urbaine capable de transporter « deux personnes et deux caisses de bière », et pouvant être vendue moins de 40 000 francs. C'est le projet Swatch Mobile. Son objectif, comme dans l'horlogerie, reconquérir l'entrée de gamme du marché, tenu par les Japonnais, en utilisant les nouvelles technologies et le marketing. Les premiers contacts de l'homme d'affaires suisse avec le monde automobile sont décevants. Malgré sa réputation, il va lui être difficile de vendre un projet aussi novateur, sans aucune étude préalablement établie.
1990 (Wikipedia)

Fort du succès de la montre Swatch, son inventeur Nicolas Hayek, PDG de la Société de Microélectronique et d'Horlogerie (SMH), veut reproduire ce concept dans l'industrie automobile. Un rêve fou : la Swatchmobile doit utiliser des moteurs électriques placés dans les roues et bénéficier de formules révolutionnaires de location.
1990
Il faut attendre le début des années 90 et une tentative de rapprochement entre Hayek et Volswagen pour que les premières recherches soient menées. Elles vont révéler qu'en Europe il existe bien, sur le créneau de la deuxième voiture pour foyers aisés, une demande pour une deux places, équipée d'une boîte à vitesse semi-automatique. Dans ces familles, la femme utilise la première voiture. Pour se rendre à son travail, l'homme roule seul, la main constamment sur le levier de vitesse : en ville, un conducteur passe 85 % de son temps à débrayer ou à embrayer.
1991 (Wikipedia)
Ses cartons sous le bras, Nicolas Hayek tente de convaincre les constructeurs automobiles. Plusieurs, dont PSA et Renault, refusent de conclure l'affaire apparemment trop risquée. Volkswagen relève le gant. Les deux partenaires lancent SwatchVolkswagen.
Janvier 1993.
Volkswagen effrayé se retire d'une affaire finalement jugée insuffisamment rentable ou risquée. Nicolas Hayek rencontre le premier constructeur mondial, General Motors, qui décline l'offre. L'horloger est tenace. Le groupe Mercedes Benz qui souhaite produire des voitures plus petites mise sur la Swatchmobile. La co-entreprise est détenue à 51% par le groupe allemand et 49% par le groupe horloger suisse. Nicolas Hayek est désormais minoritaire, mais son rêve va se réaliser.
1992
Hayek présente ses résultats devant les membres du Conseil d'administration de Mercedes, et le design est confié à un cabinet d'études américain que la firme possède près de Los Angeles. En 1992, les recherches sont très avancées, mais les dirigeants allemands craignent que l'image de Mercedes, très élitiste, ne constitue un handicap insurmontable pour aborder le bas de gamme. La présence de Nicolas Hayek leur apparaît comme une providence qui va les aider à réussir ce pari.
1993
Nicolas Hayek assiste à une présentation des deux prototypes, construits en Californie, qui reprennent la forme générale du Nafa, mais en beaucoup plus arrondies.
1994
Helmer Werner, PDG de Mercedes et l'industriel suisse annoncent officiellement la création d'une filiale commune, Micro Compact Car, pour la fabrication et la commercialisation d'une deux places. A partir de cette date, Hayek va voir peu à peu son projet lui échapper, notamment lorsque les Allemands refusent de conserver le nom de Swatch-mobile. Ils demandent au cabinet allemand Gotta, auteur de l'appellation Twingo pour Renault, d'en trouver un nouveau.
1995
Le nom Smarty est proposé, puis critiqué car il faisait trop enfantin. La dernière lettre fut alors supprimée et la petite voiture devient la Smart.
« S » pour Swatch
« M » pour Mercedes
« Art » pour « Art » en allemand.
« Smart »pour intelligent, en anglais

Pour mémoire, extraits repris de Wikipédia.
1997
Inauguration en octobre de l'usine d'Hambach (Moselle) par Jacques Chirac et Helmut Kohl. Nicolas Hayek improvise une conférence de presse à l'entrée de la salle où le patron de DaimlerChrysler tient la sienne. A l'évidence le torchon brûle entre les partenaires du projet.

 

Juillet 1998.
Début de la City-coupé (deux places) qui deviendra plus récemment la Fortwo. La voiture n'est finalement pas aussi révolutionnaire que Nicolas Hayek l'aurait souhaité.
Novembre 1998.
DaimlerChrysler prend le contrôle total de MCC. Retrait de Nicolas Hayek. C'est la fin de l'aventure pour le concepteur de la voiture.
1999
Johann Tomforde apprend par télégramme alors qu'il est a New York qu'il est licencié.
Septembre 2002.
Lancement du roadster qui sera abandonné après 43 000 modèles seulement. Six mois plus tard la 500 000e Smart sort d'Hambach.
Avril 2004
est lancée la version quatre portes (Forfour). Elle est fabriquée en Hollande en collaboration avec Mitsubishi.
2005
Daimler annonce un plan de réduction de coûts. 700 emplois sont supprimés, soit un tiers des effectifs. Le site d'Hambach n'est que partiellement épargné : 50 ouvriers ont été transférés en 2004 sur le site de Rastatt où est produit la Mercedes "classe A" ; un plan social de 40 personnes est opéré à partir de décembre 2005. L'arrivée de Dieter Zietschke à la tête du groupe DaimlerChrysler à la fin 2005 s'accompagne d'une politique d'économies radicale qui s'applique également à Smart : plus aucun départ volontaire ne fait l'objet d'un remplacement depuis octobre 2005.
Fin 2006.
Le site de développement de Smart en Allemagne est dissous et ses effectifs sont partiellement intégrés à Daimler. A Hambach, la production est arrêtée 5 semaines afin de préparer la production de la remplaçante de la ForTwo : la 451 (nom de code de la ForTwo 2e génération). Plus longue de 20 cm que la précédente, elle est conçue pour pouvoir pénétrer le marché américain.
Mars 2007.
Arrivée en concession de la nouvelle smart ForTwo, sur laquelle repose l'avenir de la marque.
Avec une nouvelle augmentation des prix du pétrole, puis la crise financière et économique de 2008-2009, les petites voitures voient leur popularité remonter, y compris auprès des gouvernements qui doivent préparer l'après-Kyoto.
Smart a testé (de 2006 à 2008) une sorte de carte carbone (Mastercard associant DaimlerChrysler Financial Services et HBos Card Services) avec comme partenaire environnemental le Woodland Trust pour l’application d'une compensation carbone activée par les utilisations de la carte de crédit (5 arbres plantés à l'activation de la carte, supposés compenser l’équivalent de 6000 miles parcourus en Smart
MODÈLES
Modèles anciens

La production de la Smart Roadster s'est arrêtée en novembre 2005.
La production de la Smart Forfour s'est arrêtée en avril 2006.
L'arrêt précoce de fabrication de ces deux modèles est imputable à leurs relatives mauvaises ventes, et a été décidé par le groupe DaimlerChrysler.
Modèles actuels
Smart Fortwo
Petite citadine 2 places renouvelée au printemps 2007, déclinée en coupé et cabrio.
Smart Fortwo II :
Après l'abandon du projet Formore (SUV) et la fin de production prématurée des modèles roadster et Forfour pour cause de faiblesse des ventes, il ne reste à Smart que le modèle initial Fortwo (ainsi nommé suite à l'abandon de l'appellation inititale « City coupé » en 2003). Ce modèle ayant presque 10 ans (malgré de nombreuses améliorations apportées), Smart se devait de le renouveler. La marque ne fait pas le choix d'une transformation radicale. La ligne générale de la Fortwo II est très proche de celle de sa devancière. Smart s'attache à améliorer encore son modèle. Le véhicule est plus long ce qui procure une meilleure habitabilité — mais interdit de la garer en épis.Comportement routier et confort sont encore améliorés. Les motorisations sont plus fortes ce qui permet de meilleures performances. Comme elles sont aussi plus modernes, la consommation est améliorée. Intérieurement, Smart fait un effort sur la qualité des matériaux.
Production
1998 : 21 100
1999 : 80 600
2000 : 101 100
2001 : 119 800
2002 : 123 100
2003 : 127 400
2004 : 152 100
2005 : 124 300
2006 : 102 700
2007 : 103 000
2008 estimé : 140 000, dont 25 000 aux États-Unis.
début juillet aura lieu la fabrication de la 180 000e ForTwo 2
Fin juillet 2008 a eu lieu la fabrication de la 1 000 000e Smart sur le site d' Hambach
Données chiffrées
Pour la première fois en dix ans la marque est parvenue fin 2007 à son équilibre financier. Entre 2003 et 2006, elle avait perdu près de 4 milliards d'euros.


Nov. 2010

TORVALD (Linus —),
Linux (Open Source Development Lab)

             
Linus Torvalds   Tux le pingouin   OSLD_Meeting    
Linus Torvald (1969 —)
Tux
L'équipe de l'Open Source Development Lab
 
o
Pour mémoire. Wikipédia.    


Né en 1969. Finlandais. Crée en 1991 le noyau Linux dont il continue à diriger le développement.
Inspir é par le système Minix développé par Andrew Tanenbaum, il décide en 1991 de créer un système d'exploitation qui tire pleinement parti des fonctionnalités de son nouvel ordinateur personnel, un compatible PC doté d'un microprocesseur Intel 80386. Il parle rapidement de sa création sur Usenet et d'autres personnes essaient son noyau et lui soumettent des améliorations. Ainsi naît le noyau Linux.
Après avoir quitté l'Université d'Helsinki, il travaille de 1997 à 2003 chez Transmeta, une société de la Silicon Valley qui fabrique des microprocesseurs à faible consommation électrique. Chez Transmeta, il était autorisé à consacrer une partie de son temps au développement du noyau Linux.
Il vit actuellement à Beaverton dans l'Oregon (USA) avec sa femme Tove et leurs trois filles. Il est employé de l'Open Source Development Lab.
Contrairement à la majorité des prosélytes de l'Open Source, Linus reste relativement discret et refuse généralement de commenter les avantages et inconvénients des autres systèmes d'exploitation, comme le système Windows de Microsoft. Il réagit en revanche avec vigueur lorsqu'on remet en cause les qualités techniques de Linux.
Torvalds a également créé le logiciel Git pour le développement du noyau Linux.
En septembre 2009, évoquant lors d'une intervention à la LinuxCon le développement de Linux, il déclare : « Nous n'avons certainement pas le noyau léger et hyper efficace, envisagé lorsque j'ai commencé à développer Linux. »

 

L'Open Source Development Lab
L' OSDL est une organisation dédiée à accélérer la croissance et l'adoption de Linux par les entreprises.
Fondée en 2000 et soutenue par un consortium d'entreprises leaders dans les Technologies de l'Information, OSDL est une organisation à but non lucratif qui fournit des équipements et une infrastructure informatique pour les développeurs du monde entier. Les fondateurs d'OSDL comptent parmi leurs membres des entreprises comme IBM, HP, Computer Associates, Intel et NEC.
L'OSDL emploie entre autres Linus Torvalds et Andrew Tridgell, créateur de Samba. Andrew Morton faisait partie de l'OSDL avant de rejoindre Google.
En janvier 2007 l'OSDL se regroupe avec La Free Standards Group (FSG) pour former la Linux Foundation, une organisation qui se donne pour objectif d’accélérer la croissance de Linux en fournissant un ensemble complet de services pour concurrencer efficacement les plates-formes propriétaires.
La Linux Foundation regroupe 70 membres parmi lesquels on trouve Fujitsu, Hitachi, HP, IBM, Intel, Nec, Novell et Oracle.
Cette nouvelle organisation est dirigée par Jim Zemlin, ancien directeur du FSG et maintient en place les principaux développeurs, dont Linus Torvalds et Andrew Morton . Cette création intervient alors qu'une restructuration avait réduit les effectifs de l’OSDL d’une trentaine de personnes.


U

V

Jean-Louis Swiners. Février 2010
VAN DER BRUGGEN (Tom —),
Kapla, TomTecT
             
Tom Van Der Bruggen   ••   ••    
Tom Van der Bruggen
Kapla

TomTecT
             
TomTecT Showroom   Tom   Vélo    
Showroom
             
••   ••   Vélo   ••
Tour Eiffel
             
AVion de chasse   TonTecT   Assemblage    
Avion de chasse
Pièces de liaison
Assemblage
Commentaires
Tags : Lego, Playmobil
 
Pour mémoire. Wikipédia.
••    
     
     

W

 Février 2010
WALES (Jimmy —) & SANGER (Larry —)
Wikipedia
             
Jimbo Wales   Larry Sanger  
Le logo Copyleft de Wikipedia
  Wikipedia _les_langues
Jimbo Wales
Larry Sanger
Le copyleft.
L'inverse du copyright.
Anglais : 3 000 000 d'articles. Allemand : 1 000 000.
Français : 800 000. Polonais : 600 000.
Japonais : 600 000.
Au total : dix millions de pages en 200 langues.

 
-
Jimbo Wales

Pour mémoire. Extrait de Wikipédia.
Surnommé Jimbo. Né en 1966. Fondateur du fournisseur d'accès à Internet/portail Web américain Bomis et de l'encyclopédie libre, wiki et gratuite du web, Wikipédia, ainsi que d'autres projets basés sur le wiki comme Wikimedia et Wikia.
Son père travaille comme directeur de commerce d'épicerie tandis que sa mère, Doris, et sa grand-mère, Erma, dirigent une petite école privée d’une seule salle dans laquelle Jimmy reçoit son éducation.
Études
Après la 8e année, Jimmy devient élève de la Randolph School, une école située dans l’Alabama à Huntsville qui prépare à l’entrée à l’université. Cette dernière est l'une des premières écoles à favoriser l’usage des nouvelles technologies et notamment de l’informatique auprès des étudiants grâce à des salles de machines. Wales affirme que l'école a été coûteuse pour sa famille mais que cette formation était considérée comme importante : « À la maison, l’éducation a toujours été une passion... Vous voyez, cette approche très traditionnelle de la connaissance et de l’apprentissage comme une base pour une bonne vie. ».
Par la suite, il obtient une licence (bachelor) de finance à l’Université d’Auburn puis débute le programme du doctorat (Ph.D.) de finance à l’Université d’Alabama, qu'il quitte au niveau de la maîtrise (master). Ensuite, il continue de suivre les cours du doctorat à l’Université d’Indiana. Il enseigne dans ces deux universités pendant ses études, mais ne rédige pas la thèse de doctorat nécessaire à l’obtention du Ph.D.
Carrière
De 1994 à 2000, Wales travaille comme directeur de recherche au Chicago Options Associates. Il fait fortune en spéculant sur la fluctuation des taux d'intérêts et de change. D’après Daniel Pink, du magazine Wired, grâce à de la spéculation sur les taux d’intérêts et les fluctuations des monnaies étrangères, il dit avoir gagné assez d’argent pour pouvoir les faire vivre, lui et sa femme, le reste de son existence.
Bomis.com et Nupedia
Pendant cette période (en 1996), l’un des projets qu'entreprend Jimmy Wales est la création de Bomis, un moteur de recherche érotique de type point com. Wales décrit Bomis comme étant un « moteur de recherche plutôt destiné aux mecs » vendant des images érotiques semblables le plus souvent à celles du magazine Maximal avec parfois des femmes très légèrement vêtues.
Lors d’une interview en 2007, il déclare qu’en 1999, il fait l’étude puis réalise un logiciel permettant de produire une encyclopédie multilingue en ligne, cependant trop lent pour pouvoir être utilisé.
En mars 2000, Jimmy Wales fonde et finance (grâce à Bomis) Nupedia, un projet d'encyclopédie libre de nature ouverte et corrigée par des pairs. Il embauche pour cela Larry Sanger comme rédacteur en chef. Jimmy Wales désire à l'origine une qualité comparable aux encyclopédies professionnelles du marché avec des rédacteurs libres sélectionnés, mais leur rareté cause la fermeture de Nupedia le 26 septembre 2003, avec seulement 24 articles finis et 74 articles en cours de développement.

 

Wikipedia et la Wikimedia Foundation
Après que Larry Sanger propose publiquement le 10 janvier 2001 l’idée d’utiliser un wiki pour créer une encyclopédie, Wales installe un moteur de wiki sur un serveur fourni par Bomis et autorise Sanger à poursuivre le projet sous sa surveillance.
Wikipédia démarre le 15 janvier 2001, avec Larry Sanger comme rédacteur en chef salarié. C'est ce dernier qui donne le nom Wikipedia au projet. Jimmy Wales et Larry Sanger posent ensemble les principes fondateurs, écrivent les premiers articles et établissent une communauté via internet durant cette première année d'existence. Au début, Wikipedia est prévue pour être un wiki apportant des contributions à Nupedia. Cependant, Wikipedia grandit très rapidement jusqu’à dépasser les capacités de vérification des nouveaux articles de Nupedia. Wales a déclaré qu’au début du projet, il était si inquiet pour ce nouveau concept qu’il pouvait se réveiller au milieu de la nuit pour vérifier si le site n'avait pas été dégradé.
Le 1er mars 2002, suite à la suppression du financement de Bomis, Larry Sanger démissionne du projet.
Au milieu de l'année 2003, Jimmy Wales met en place la Wikimedia Foundation, une organisation sans but lucratif basée à St. Petersburg en Floride pour soutenir Wikipedia ainsi que ses autres projets affiliés récemment créés.
Il forme un comité de cinq membres composé de lui-même, deux de ses collègues de travail4 et deux membres élus parmi la communauté des wikipédiens.
Lors d’une interview avec Slashdot, il explique quelles sont ses motivations pour Wikipedia : « Imaginez un monde dans lequel chacun puisse avoir partout sur la planète libre accès à la somme de toutes les connaissances humaines. C'est ce que nous faisons »
Il crée également avec Angela Beesley l’entreprise Wikia, Inc.
Divers
Le 8 mai 2006, il est classé première personne de la catégorie « Scientifiques et Penseurs » de Time 100, une édition spéciale du magazine Time qui liste les 100 personnes ayant le plus d'influence.
Le 8 août, il est l'un des conférenciers vedette à la prestigieuse Conférence TED6,7.
Après Florence Devouard en 2006, l'américain Michael Snow lui succède le 17 juillet 2008 à la présidence de la Fondation Wikimedia, dont il est désormais président d'honneur.
Convictions
Jimbo Wales est un adepte passionné de l'objectivisme développé par la philosophe américaine Ayn Rand (1905-1982). Il écrit ainsi de l'objectivisme qu'il « colore tout ce que je fais et tout ce que je pense ». Par ses convictions philosophiques, il pourrait être considéré comme un libertarien même s'il refuse d'employer ce terme (à l'image d'Ayn Rand qui l'a toujours refusé) : « the category people would fit me in that's most accessible would be libertarian »). À propos de l'économie, il appuie le capitalisme et attribue aux idées du penseur libéral Friedrich Hayek une influence importante dans la création de Wikipédia.

 
o
Pour mémoire. Wikipédia
Larry Sanger    


Naissance en 1968, philosophe américain, ancien employé de l'encyclopédie en ligne Wikipédia. Il a depuis pris ses distances avec Wikipédia, dont il est un des critiques, pour créer notamment une version avec comité de lecture de Wikipédia et portant le nom de Citizendium.
Biographie
En 2000, il a obtenu un Ph.D. en philosophie de l'université de l'État de l'Ohio, avec une thèse intitulée Epistemic Circularity: An Essay on the Problem of Meta-Justification réalisée sous la direction du Professeur George Pappas.
À partir de janvier 2000 il est employé par la société Bomis (dont Jimmy Wales est l'actionnaire majoritaire) comme éditeur en chef du projet d'encyclopédie en ligne gratuite Nupedia.
En janvier 2001, en raison de la frustration occasionnée par la lenteur de la progression de l'encyclopédie Nupedia, Larry Sanger propose la création d'un wiki dans le but d'accroître la vitesse de développement des articles d'encyclopédie. Cette idée de mettre en application le format wiki aux fins de l'élaboration d'une encyclopédie a d'abord germé à la suite d'une conversation que Larry Sanger eu avec le programmeur Ben Kovitz, qui lui explique le concept des wikiwiki lors d'un repas à San Diego, le matin du 2 janvier 2001.
Larry Sanger propose alors à Jimmy Wales d'allier le potentiel du format wiki à la mise en place d'une encyclopédie plus souple, ce qui donna lieu à la création de l'encyclopédie Wikipédia qui fut officiellement fondée le 15 janvier 2001.


  À partir de ce moment, Larry Sanger a travaillé parallèlement à l'encyclopédie Nupedia et à l'encyclopédie Wikipédia pour laquelle il a participé à l'élaboration de la majorité des règles de bonne conduite d'origine.
Suite à l'annulation en février 2002 du budget de Bomis alloué à la rétribution de son travail pour Nupedia et Wikipédia, Larry Sanger a officiellement démissionné le 1er mars 2002 de son titre d'éditeur en chef de Nupedia et de ses fonctions d'organisateur en chef de Wikipédia (fonctions qu'il devait assumer dorénavant à titre bénévole). Selon sa lettre de démission, son retrait n'est pas dû à une perte de confiance dans les projets Nupedia/Wikipédia ni à de mauvaises relations avec Jimmy Wales, mais principalement à l'impossibilité de concilier le temps qu'exigeaient ces tâches avec la nécessité de rechercher un nouvel emploi et d'assumer ses autres obligations. Dans l'année suivant son départ, le 26 septembre 2003, Nupedia a cessé ses activités en raison de la lenteur de sa progression et Wikipédia, de son côté, a continué au contraire son expansion.
Depuis janvier 2004, Larry Sanger est Lecturer en philosophie à l'Ohio State University.
Il a créé une encyclopédie vérifiée par des scientifiques : voir http://www.digitaluniverse.net/ et Citizendium.
 
o
Pour mémoire. Wikipédia
Wikipedia    

.
Histoire de Wikipédia

Wikipédia est un projet ayant pour objectif de produire une encyclopédie libre que chacun peut modifier. Officiellement, ce projet avait été lancé le 15 janvier 2001 pour soutenir Nupedia, un projet semblable mais écrit uniquement par des experts. Wikipédia a grandi très rapidement au point de remplacer Nupedia, puis par la suite de devenir un projet mondial très important. Ce projet compte aujourd'hui des millions de pages et d’articles, dans plus de deux cents langues, rédigées par des centaines de milliers de bénévoles.
L’idée de rassembler l’ensemble des connaissances du monde entier dans un seul endroit date de l’ancienne bibliothèque d'Alexandrie et de Pergame, mais l’idée récente d’une encyclopédie générale (sous forme de livres), publiée de façon très large, date du XVIIIe siècle, peu avant l’époque de Denis Diderot et des encyclopédistes. On peut dire que l’idée d’utiliser un système automatisé autre que l’imprimerie pour construire une encyclopédie plus utile remonte à 1937, date à laquelle Herbert George Wells a publié ses essais intitulés World Brain. Cette idée fut également diffusée par la suite en 1945 par le film As We May Think de Vannevar Bush et en 1960 par le projet Xanadu de Ted Nelson.
Avec l’avènement du Web, plusieurs projets d’encyclopédies en ligne ont été lancés, dont certains étaient entièrement libres. En 1999, Richard Stallman, le père du mouvement du libre et des logiciels libres, avait exposé l’utilité d’une « encyclopédie universelle et libre et d’une ressource d’apprentissage ». Il a décrit la naissance de Wikipédia comme une « nouvelle excitante » et sa Fondation pour le logiciel libre encourage les gens à visiter et à contribuer au site. Robert McHenry, un rédacteur américain, a également comparé Wikipedia du point de vue conceptuel avec Interpedia, un projet similaire plus ancien n’ayant jamais vu le jour.
Le choix d'un wiki
Wikipédia fut d'abord fondée comme un projet secondaire alimentant Nupedia, maintenant disparue, fondé par Jimmy Wales, qui en était l'actionnaire majoritaire afin de produire une encyclopédie libre. Nupedia avait des procédures de révision élaborées (elle était placée sous le contrôle d'un comité scientifique), et exigeait la participation de contributeurs hautement qualifiés. La rédaction d'articles était particulièrement lente durant l'année 2000, année de lancement du projet, bien qu'il y ait une liste de discussion des éditeurs intéressés, et un rédacteur en chef à plein temps, Larry Sanger.
Au cours de la première année de Nupedia, Wales et Sanger ont discuté de divers moyens pour compléter Nupedia avec un projet plus ouvert et complémentaire. Wales raconte que Jeremy Rosenfled, un salarié de Bomis, lui avait présenté le concept du wiki. Indépendamment, Ben Kovitz, un développeur, habitué du wiki de Ward Cunningham (WikiWikiWeb) a présenté l'idée d'un wiki à Sanger, au cours d'un dîner le 2 janvier 2001. Sanger pensait qu'un wiki serait une bonne plate-forme, et a proposé sur la liste de diffusion de Nupedia, dans un message intitulé « Let's make a wiki » (Faisons un wiki), qu'un UseModWiki (version 0.9.0) serait installé, afin d'alimenter Nupedia :
« Non, ce n'est pas une proposition indécente. C'est une idée pour ajouter une petite capacité supplémentaire à Nupedia. Jimmy Wales pense que de nombreuses personnes pourraient trouver l'idée sujette à caution, mais je ne le pense pas. (…) L'utilisation d'un wiki par Nupedia est le format ULTIME, « ouvert » et simple pour développer du contenu. Nous nous sommes occasionnellement regroupés autour d'idées pour des projets plus simples, plus ouverts, pour soit remplacer soit suppléer Nupedia. Il me semble que les wikis peuvent être déployés pratiquement instantanément, n'ont besoin que de très peu de maintenance, et en général sont très peu risqués. Ils sont aussi une source de contenu potentiellement importante. Donc il n'y a que de petits inconvénients, aussi loin que je peux en voir7. »
Wales installa ce wiki et le mit en ligne le 10 janvier 2001. À partir de ce moment, Larry Sanger travailla conjointement à l'encyclopédie Nupédia et à l'encyclopédie Wikipédia. Il participa particulièrement à la formulation de la majorité des politiques originelles.

Origines du concept
Il y a une différence de vue entre Wales et Sanger quant aux rôles précis et aux titres qu'ils employaient dans les premières étapes de Wikipédia. Sanger se qualifiait lui-même de co-fondateur, de même que Wales, au moins jusqu'en 20019.
Wales a plus tard remis en cause cela, en affirmant « il travaillait pour moi […] je ne suis pas d'accord pour le qualifier de cofondateur, mais il aime ce titre »10,11. Rien ne faisait état d'une telle remise en cause avant 2004.
Sanger concède que c'est Wales tout seul qui a conçu une encyclopédie à laquelle des amateurs pourraient contribuer. « Pour être clair, l'idée d'une encyclopédie en source ouverte, collaborative, ouverte aux contributions des gens ordinaires, était entièrement celle de Jimmy, pas la mienne » (emphase dans le texte original)12. Cependant, Sanger maintient que c'est lui qui a amené le concept à Wales et a suggéré qu'il soit appliqué à Nupedia, ce que Wales n'aurait accepté qu'après une étape de scepticisme. Wales déclarait lui que c'est Jeremy Rosenfeld qui lui a le premier suggéré cette idée, bien qu'il ait déclaré plus tôt, en octobre 2001, que « Larry a eu l'idée d'utiliser un logiciel Wiki ».
« Wikipedia, un nom ridicule pour un projet très ridicule »
Sanger maintient également qu'il « est arrivé avec le nom de Wikipedia, un nom ridicule pour ce qui était au début un projet très ridicule ». De plus, Sanger a fait la plus grande part du travail de rédaction des règles et a consacré ses efforts à construire une communauté, ce pour quoi il a été rémunéré par Bomis jusqu'en 2002.
Aujourd'hui, Wales insiste sur cette relation d'employeur à employé, et le fait qu'il était alors l'autorité ultime, pour faire de lui le seul fondateur, tandis que Sanger se fonde sur les contributions qu'il a faites sur Wikipédia, et sur des coupures de presse de 2002 à 2004, qui les présentaient de façon routinière comme cofondateurs.
Premiers pas
Il y eut une réticence considérable de la part des contributeurs et relecteurs de Nupedia à l'idée d'associer Nupedia avec un site Internet sous la forme d'un wiki. Sanger suggéra de donner au nouveau projet son propre nom, et Wikipedia fut bientôt lancé avec son propre domaine wikipedia.com le 15 janvier.
La bande passante et le serveur (basé à San Diego) utilisés pour ces projets étaient des dons de Bomis. La plupart des employés actuels et passés de Bomis ont contribué à l'encyclopédie, notamment Tim Shell, co-fondateur et actuel PDG de Bomis, et le programmeur Jason Richey.
Les premières éditions réalisées sur Wikipédia ont été vraisemblablement réalisées par Jimmy Wales, afin de tester le wiki. Cependant, l'article le plus ancien encore aujourd'hui accessible est l'article UuU, créé le 16 janvier 2001 à 21:08 UTC20.
Le projet accueille de nombreux nouveaux participants après avoir été mentionné trois fois sur le site Slashdot, avec deux mentions mineures en mars 2001. Il a ensuite bénéficié d'une couverture importante par le site communautaire, technologique et culturel Kuro5hin, le 25 juillet 2001. Entre ces quelques rapides pics, son audience progressa régulièrement grâce à d'autres sources, notamment Google, qui envoyait, à lui seul, plusieurs centaines de nouveaux visiteurs vers le site de Wikipédia. La première couverture de Wikipédia par un média de masse fut dans le New York Times, le 20 septembre 2001.
Le projet dépasse les 1 000 articles le 12 février 2001, et les 10 000 articles autour du 7 septembre. Dans sa première année d'existence, plus de 20 000 entrées encyclopédiques furent créées, soit un taux de plus de 1 500 articles par mois. Le 30 août 2002, le projet atteint les 40 000 articles. Le taux de croissance a plus ou moins régulièrement augmenté depuis la création de Wikipedia, exceptés durant des coupures liées à des problèmes logiciels ou matériels.
Déploiement international
Très tôt, Wikipédia a commencé à s'étendre au niveau international. Le premier nom de domaine réservé pour une version non anglophone fut deutsche.wikipedia.com (le 16 mars 2001) suivie quelques minutes plus tard par une version catalane, qui furent pendant 2 mois les seules avec des articles non-anglophones.
La première référence à une Wikipédia en langue française date du 23 mars 2001. Elle fut suivie en mai 2001 de l'implémentation d'une vague de versions en chinois, néerlandais, espéranto, hébreu, italien, japonais, portugais, russe, espagnol et suédois. Ils furent ensuite rejoints par des versions en arabe et hongrois.
En septembre, un pas supplémentaire fut franchi avec le déploiement de versions en afrikaans, norvégien, et serbe.
 
Organisation
Le projet s'est développé rapidement à plusieurs niveaux : les wikis ont vu leur nombre d'articles fortement augmenter, de nouveaux wikis ont été installés, et de nouveaux projets ont été fondés dans d'autres domaines (actualités, citations, sources de références…). La fondation Wikimédia, de droit américain, a été créée afin de financer le projet, depuis le retrait progressif de Bomis du projet, et d'en assurer la sécurité juridique.
Une croissance continue
2002

Jusqu'en janvier 2002, Sanger était employé par Bomis comme rédacteur en chef de Nupedia, ainsi qu'organisateur de Wikipédia. Le budget de Bomis réservé à sa rétribution fut supprimé, et Sanger démissionna en mars 2002.
En janvier 2002, la « phase II » du logiciel wiki utilisé par Wikipédia fut présenté, remplaçant UseModWiki. Écrit spécifiquement pour le projet par Magnus Manske, il comprend un moteur wiki en PHP.
En février 2002, la plupart des participants de la Wikipédia en langue espagnole se séparent pour créer Enciclopedia Libre. Le projet anglophone est occasionnellement visité par des vandales, qui suppriment des articles valides ou envoient des contenus inappropriés. Alors que de tels vandalismes sont généralement rapidement annulés, la page principale du projet fut, pendant un temps, sujette à des vandalismes répétés. Cela amena à la protection de la page, de telle sorte qu'elle ne puisse être modifiée que par des administrateurs.
En juillet 2002, une mise à jour majeure du logiciel exploité par Wikipédia fut installée ; nommée « phase III », elle remplaça la précédente « phase II », et devient MediaWiki. Elle fut écrite par Lee Daniel Crocker en réponse aux attentes croissantes du projet.
En août 2002, peu après que Jimmy Wales ait annoncé qu'il ne mettrait jamais en place de publicités sur Wikipédia, l'URL de Wikipédia passe de wikipedia.com à wikipedia.org.
En décembre 2002, le premier projet sœur, Wiktionary, fut créé, ayant pour objectif de produire un dictionnaire et un thésaurus des mots dans toutes les langues. Il utilise le même logiciel que Wikipédia.
2003
En janvier 2003, le support des formules mathématiques en TeX fut ajouté. Le code fut fourni par Tomasz Wegrzanowski.
Le 22 janvier 2003, la version anglophone connut une audience particulièrement élevée après avoir passé le cap des 10 000 articles. Deux jours plus tard, la version germanophone passe le cap des 10 000 articles.
Le 20 juin 2003, la fondation Wikimedia fut créée pour financer ses propres projets et l'acquisition ou l'engagement de ressources, pour satisfaire à ses propres besoins. Le même jour, Wikiquote, recueil libre de citations est déployé. Un mois plus tard, Wikibooks est lancé.
Autour du 15 octobre 2003, le logo actuel de Wikipédia est installé. Le concept du logo fut sélectionné par une procédure de vote37, qui fut suivie d'une procédure de sélection pour sélectionner la meilleure variante. La sélection finale fut créée par David Friedland, basée sur une idée de Paul Stansifer.
Le 28 octobre 2003, la première réunion « réelle » de Wikipédia se déroule à Munich.
Après le 6 décembre 2003, les administrateurs de Wikipédia peuvent changer le texte de certaines parties de l'interface de MediaWiki.
Le 26 septembre 2003, Nupedia fut définitivement fermée (mais elle reste encore accessible et des messages récents y figurent).
2004
En janvier 2004, Wikipédia dépasse les 200 000 articles en langue anglaise, et atteint 450 000 articles, toutes langues confondues. Le mois suivant, ce dernier compteur dépasse les 500 000 articles.
Le 12 février 2004, le serveur fut déplacé de San Diego (Californie) à Tampa en Floride38.
Le 29 mai 2004, une mise à jour de MediaWiki est déployée sur tous les projets.
Le 30 mai 2004, les premières catégories apparaissent.
Le 2 juin 2004, la République populaire de Chine bloque l'accès à la Wikipédia chinoise. Quelques jours plus tard, toutes les versions de Wikipédia étaient inaccessibles depuis la Chine. Ce blocage fut levé le 17 juin.
Le 7 juin 2004, le wiki anglophone atteint les 300 000 articles.
2005
Cependant, le rôle de Larry Sanger dans la création du projet d'encyclopédie (son statut de cofondateur) fut aussi remis en cause par Jimmy Wales, en particulier par de nombreuses retouches que ce dernier apporta à l'article le concernant sur Wikipédia. Fin 2005, cette discussion fut prétexte dans la presse anglophone, à de nombreux articles et à la publication d'images humoristiques sur le sujet.
2007
Wikipédia dans toutes les langues contient 1,74 milliard de mots dans 7,5 millions d'articles dans environ 250 langues. Le nom de domaine Wikipedia.org se classe 10e site le plus fréquenté sur Internet. La controverse Essjay éclate, du nom d'un important contributeur à l'encyclopédie, administrateur sur la Wikipédia en anglais et employé de Wikia qui avait menti sur ses qualifications universitaires. Citizendium, une encyclopédie en ligne, est officiellement lancée par Larry Sanger.
2008
Plusieurs WikiProjets dans différents domaines continuent de croître. En avril le 10 millionième article sur Wikipédia est publié (un article sur la Wikipédia en hongrois). Quelques mois plus tard, la Wikipédia en anglais dépasse les 2,5 millions d'articles.
2009 [modifier]
Wikipédia en anglais franchit les 3 millions d'articles avec Beate Eriksen.


Déc. 2009
WOZNIAK (Steve —)

         
steve_wozniak   Jobs_Wisniak_1975   Wozniak_BusH
AUjourd'hui
Avec Steve Jobs
Avec Bush Senior
         
Apple_1   Apple_II   Beechcraft Bonanza
Apple I
Apple II
Un Beechcraft Bonanza identique à celui avec lequel Wozniak s'est écrasé au décollage avec sa femme
             
STeVe WozNiak Segway Polo   Steve Wozniak  
Steve_Wozniak
  Steve Wozniak
Donnant des cours de Segway Polo
Comment dribbler
             
Steve Wozniak   Piratesof Silicon Valley   Steve Wozniak   Steve Wozniak iWoz
Livre n° 1
Livre n° 2
AVec son livre : iWoz
iWoz

Se désintéresse de l'informatique et d'Apple et de sa bureaucratie après son accident d'avion en 1981 (accident de sa faute aux commandes de son Beechcraft Bonanza personnel), perte de mémoire pendant cinq semaines et s'être marié avec son infirmière
Du Hall of Fame des Inventeurs
Tous ses gains à des organisations charitables
Marié trois fois. Candy sa seconde femme. 1990 Avec

Tags : Contribution innovante, créativité collaborative, synthèse créative

 
Pour mémoire. Wikipédia.

••    

Steve Wozniak (né en 1950 à San José (Californie)) aussi appelé Woz est un informaticien et électronicien américain d'origine polonaise. Il est cofondateur de la société Apple Computer (maintenant connue sous le nom de Apple Inc.) avec Steve Jobs et concepteur des premiers Apple (dont Apple I, Apple Lisa, Apple II, Apple III, Macintosh, divers périphériques...) et considéré comme un des personnages pionniers majeurs de l'industrie micro-informatique qui a permis l'introduction des micro-ordinateurs dans tous les foyers.
Biographie
Analyser sa contribution comme une simple compilation d'idées déjà connues et prêtes à être mises en œuvre pour une production en série d'ordinateurs individuels, serait sous-estimer l'ingéniosité et la créativité de Steve Wozniak, qui ont été certainement les éléments clefs de la révolution apportée par l'apparition de l'ordinateur individuel.
Wozniak a toujours aimé les projets qui exigent une profonde réflexion. Son père, ingénieur chez Lockheed, lui apprend les rudiments des mathématiques et de l'électronique. À 11 ans, il construit son propre équipement de radioamateur. À 13 ans, il est élu président du club d'électronique de son établissement scolaire, et gagne le premier prix à une foire de la science pour une calculatrice utilisant des transistors. En outre à 13 ans, Woz conçoit son premier micro-ordinateur, la base de tout son travail ultérieur.
En 1975, il laisse tomber ses études à l'université de Berkeley en Californie. Cependant, il travaille dans le cadre du Homebrew Computer Club, un groupe local d'amateurs d'électronique. Il n'a alors pas d'ambition plus large, mais, au club, il rencontre Steve Jobs, son cadet de 5 ans, qui a lui aussi abandonné ses études au Reed College en 1972.
Jobs et Wozniak arrivent à la conclusion qu'un micro-ordinateur assemblé et peu coûteux rencontrerait son public. Ils vendent certaines de leurs affaires (comme par exemple la calculatrice scientifique de Woz), lèvent un capital de 1 300 dollars, et assemblent leur premier prototype dans le garage de Jobs. Ce premier micro-ordinateur, peu performant suivant les standards actuels, est pour 1975 une merveille de technologie. En matière de simplicité d'utilisation, il est loin devant le Altair 8800 du constructeur MITS, introduit au début de l'année 1975 et qui rencontre un certain succès commercial auprès des amateurs passionnés. L'Altair 8800 n'a aucun dispositif d'affichage et de stockage. Il reçoit ses commandes par l'intermédiaire d'une série de commutateurs et un programme simple exige une foule de manipulations à faire sans erreur. Les sorties de l'Altair 8800 se font sous forme de lumières clignotantes. Vendu en kit, l'Altair 8800 est une merveille pour les vrais geeks dont Bill Gates et Paul Allen furent parmi les premiers avec leur langage de programmation Altair Basic, mais n'est pas utilisable par un public plus large. L'ordinateur de Wozniak, en revanche, l'Apple I, est une unité entièrement assemblée et fonctionnelle comportant un microprocesseur à 25 dollars sur une carte mère unique embarquant une ROM ainsi qu'un écran et un clavier.

    Le 1er avril 1976, Jobs et Wozniak forment leur compagnie, Apple. Wozniak quitte son travail chez Hewlett-Packard et devient vice-président responsable de la recherche et du développement à Apple. L'Apple I est vendu au prix de 666 dollars, Jobs et Wozniak placent leurs 25 premiers ordinateurs à un revendeur local.
L'Apple I permet à la c ompagnie d'engranger près d'un million de dollars. Wozniak se concentre maintenant à plein temps à son amélioration et lui ajoute de nouvelles fonctionnalités. Sa nouvelle machine doit conserver les caractéristiques les plus importantes de l'Apple I : simplicité et rentabilité. Woz ajoute le graphisme haute résolution dans l'Apple II qui peut maintenant afficher des images aussi bien que des lettres. En 1978, il conçoit un lecteur de disquette peu coûteux et Randy Wigginton et lui écrivent un système d'exploitation de base. En plus de son don pour le matériel, Wozniak écrit la majeure partie des logiciels qui tournent sur la machine. Il programme un interpréteur BASIC, un jeu de casse-briques (qui est l'occasion d'ajouter du son à l'Apple), le code pour commander le lecteur de disquettes, et plus encore. Côté logiciel, l'Apple II est également rendu plus attrayant pour un utilisateur professionnel par l'apparition du fameux tableur VisiCalc de Dan Bricklin et Bob Frankston.
En 1980, Apple entre en bourse et fait de Jobs et Wozniak des millionnaires.
Cependant, Woz est devenu moins enthousiaste dans son travail pour Apple. Il s'est marié, est retourné à l'université sous le nom de « Rocky Clark » pour obtenir, en 1982, ses diplômes en informatique aussi bien qu'en électrotechnique. Ces derniers travaux pour Apple sont arrêtés en 1981 après grave accident d'avion, à la suite duquel il est hospitalisé. En 1983, il revient chez Apple d'une manière assez originale. Il rentre dans l'un des bâtiments de l'unité Apple et demande tout simplement s'il peut faire quelque chose. Il découvre alors le projet Apple IIgs, avec son microprocesseur 65816. Cependant, à cause de problèmes externes et internes, il quitte Apple en 1985, neuf ans après la création de la compagnie.
Jobs quitte aussi Apple à la suite d'une lutte pour le pouvoir à la tête de la société. Wozniak sponsorise alors des actions caritatives dans le domaine de l'éducation, ce qui ne l'empêche nullement d'acheter les nouveaux produits Apple pour les étudier et les mettre à disposition dans des écoles.
En septembre 2000, Steve Wozniak entre au National Inventors Hall of Fame américain (musée des inventeurs américains).
     

X

Y

Z

ZENNSTRÖM (Niklas —) et FRIIS (Janus —)
SKYPE , 2003

LES ENTREPRENEURS            
             
Zennstrom et Friis       Friis et Zennstrom    
Niklas Zennström, 43 ans, et Janus Friis
Friis et Zenstromm
Conférence

LES DÉVELOPPEURS
Kazaa
             
Heinla, Annus  et Kaselalu   Heinla   Jaan Tallinn  
L'équipe au tout début.
Celui du centre — Toivo Annus — l'a quittée
Ahti Heinla
Jann Tallinn
Pritt Kaselalu

Joost et Venice

             
L'Effet Momentum   Execution de l'effet Momentum   •   ••
L'effet Momentum
L'effet Momentum et Skype

Commentaires

Tags :

 
Pour mémoire. Wikipédia.

Zennström    

Suédois né en 1966, est le cofondateur de Skype, société internationale de téléphonie sur Internet, fondée avec Janus Friis en 2003 sur la base des principes du P2P.
De plus, il a été le premier président de KaZaA – le logiciel de peer-to-peer le plus utilisé.
Il est aussi à la base du The Venice Project.

Dans les traces de KaZaA, Niklas a fondé et dirigé en tant que président la société Joltid, qui a créé le plus grand réseau de distribution peer-to-peer sécurisé.

 

Avant d’être entrepreneur, Niklas a passé 8 ans chez Tele2 à plusieurs postes d’affaires, entre autres celui de président d’Everyday.com ; il a également travaillé deux ans pour ATT-Unisource.
Niklas a deux diplômes de l'université d'Uppsala, en gestion des affaires et en génie physique.

Dernier projet en date : http://www.joost.com ou comment faire peur aux distributeurs télévisuel. Projet de diffusion de chaînes télé publiques par internet.

   
Décembre 2009

Friis    

 

   
     

Skype    

Logiciel propriétaire qui permet aux utilisateurs de passer des appels téléphoniques à travers Internet. Les appels d'utilisateurs à utilisateurs sont gratuits, tandis que les appels vers les lignes téléphoniques fixes et les téléphones mobiles sont payants. Les fonctionnalités additionnelles incluent messagerie instantanée, transfert de fichiers et visioconférence.
Il a été développé par les programmeurs Ahti Heinla, Priit Kasesalu et Jaan Tallinn pour les entrepreneurs de KaZaA et de Joost, Niklas Zennström et Janus Friis. Les trois Estoniens étaient déjà à l'origine du logiciel KaZaA.
Fonctionnalités
Skype permet de téléphoner gratuitement uniquement entre deux ordinateurs ou terminaux équipés de Skype et connectés à Internet, grâce à un microphone et des haut-parleurs, ou un micro-casque ou téléphone branché sur l'ordinateur (par exemple par le port USB). Il est également doté d'une messagerie instantanée basique permettant aux utilisateurs de communiquer textuellement et de se transmettre des fichiers.

  Skype permet aussi d'effectuer des appels payants vers des lignes téléphoniques fixes et mobiles et propose également de recevoir des appels téléphoniques depuis des téléphones fixes et mobiles, mais ceci uniquement dans certains pays.
La visioconférence est possible depuis janvier 2006 et la sortie de Skype 2.0 pour Windows.
Skype est devenu l'un des outils de communication vocale sur ordinateur les plus utilisés au même titre que Windows Live Messenger, bien que posant des problèmes d'interopérabilité (exclusivité réciproque du protocole et du logiciel), en plus des soucis de confidentialité (sécurité par l'obscurité, intrinsèquement invérifiable).
Une version de Skype est également disponible sur la console PlayStation Portable depuis février 2008 ainsi que sur l'iPhone et l'iPod touch depuis le 23 mars 2009.
   
Déc. 2009


••    

 

   
     

Jean-Louis Swiners. Le 10 septembre 2010. En cours de révision.
ZUCKERBERG( Mark —), Facebook, 2004
         
Mark Zuckerberg   •  
Mission
Cover story de FORTUNE
Livre traduit
Mission : « Donner à tous la possibilité de s'exprimer
et rendre le monde plus ouvert et connecté
. »
             
Nombre d'utilisateurs   Mark_Zuckerbeg       Facebook
Une croissance exponentiielle
qui fait de Facebook
une innovation de rupture permanente
Millionnaire malgré lui à vingt-et-un ans
           
             
•   •   ••   •
The Social Network (Octobre 2010)
Visuel
Visuel
Visuel

 
o
Pour mémoire. Wikipédia.    
     
Né en 1984 à Dobbs Ferry (dans la banlieue de New York) au sein d'une famille juive américaine dont les deux parents sont médecins et dont le frère, Ethan est toujours à l'université Harvard. Informaticien, il est le fondateur et Chief executive officer du site internet de réseautage social Facebook.
D'après le classement Forbes 2008 des plus grosses fortunes de la planète, la fortune de Mark Zuckerberg est estimée à 1,5 milliard de dollars. Il détenait à 23 ans le titre du plus jeune milliardaire de la planète.
Étudiant à Harvard, il a l'idée de lancer un réseau social des étudiants et programme dans sa chambre d'étudiant la première version de Facebook lancée en février 2004.

  Le succès est immédiat auprès des autres élèves de l'université et très vite atteint d'autres écoles, avant de se diffuser au sein du grand public. En 2007, Facebook est devenu le septième site web le plus visité et la société est estimée à 15 milliards de dollars US. Mark Zuckerberg possède 20% des parts de sa société.
Selon le Wall Street Journal, en mai 2009, un investisseur russe aurait proposé 200 millions de dollars afin de porter le capital de l'entreprise à 10 milliards de dollars à condition de disposer d'un siège au conseil d'administration. Mark Zuckerberg aurait refusé car il déclare n'être ouvert qu'à des propositions qui offriront davantage de latitude à son réseau social.
   
2009
 
o
Pour mémoire. Wikipédia.    
     

Facebook est un site Web de réseautage social destiné à rassembler des personnes proches ou inconnues. Depuis septembre 2009, il rassemble plus de 300 millions de membres à travers la planète. Il est le 2e site le plus visité au monde selon Alexa Internet (après google.com).
Facebook est né à Harvard : il est à l'origine le réseau social fermé des étudiants de cette université avant de devenir accessible aux autres universités américaines. La vérification de la provenance de l'utilisateur se faisait alors par une vérification de l'adresse électronique de l'étudiant. Le site est ouvert à tous depuis septembre 2006.
Le 2 octobre 2008, Facebook annonce qu'il va implanter son siège international à Dublin (pour les marchés européen, africain et moyen-oriental). Le 9 octobre 2008, Facebook annonce qu'il va ouvrir un bureau à Paris.
Le nom du site s’inspire des albums photo (trombinoscope ou facebooks en anglais) regroupant les photos prises de tous les élèves durant l'année scolaire et distribuées à la fin de celle-ci aux collégiens, lycéens et étudiants.

Histoire

Mark Zuckerberg a fondé « The Facebook », initialement à l'adresse thefacebook.com, le 4 février 2004. L'inscription a d'abord été limitée aux étudiants de l'Université de Harvard et dès le premier mois, plus de la moitié de la population undergraduate de l'Université de Harvard était inscrite sur le service.
Eduardo Saverin (aspect commercial), Dustin Moskovitz (programmeur), Andrew McCollum (graphiste), et Chris Hughes ont rejoint Zuckerberg pour l'aider à promouvoir le site.
En mars 2004, Facebook s'est élargi aux universités Stanford, Columbia et Yale. Cette expansion a continué avec l'ouverture de Facebook à l'Ivy League et aux écoles de la région de Boston et, progressivement, à la plupart des universités au Canada et aux États-Unis.
En juin 2004, Facebook a déplacé sa base à Palo Alto, en Californie.


La société a enlevé le « The » de son nom après l'achat du nom de domaine facebook.com en 2005 pour 200 000 dollars. Facebook a lancé une version pour les écoles secondaire en septembre 2005 qui, pour Zuckerberg, était la prochaine étape logique. À cette époque, pour rejoindre le réseau d'une école secondaire, il fallait une invitation. Facebook a ensuite élargi ses membres aux employés de plusieurs sociétés, dont Microsoft et Apple Inc.. Facebook a enfin été ouvert le 26 septembre 2006 à tous les âges à partir de 13 ans avec une adresse électronique valide15,16. En octobre 2008, Facebook a annoncé que le site allait établir son siège international à Dublin, en Irlande.
En 2009, Facebook a introduit une fonction de micro-blogging. D'après Le Monde, cette nouveauté vise à ne pas se laisser prendre des parts de marché par son concurrent Twitter, qui bénéficie d'une bonne couverture médiatique.
Usages

Facebook propose à ses utilisateurs des fonctionnalités optionnelles appelées « applications », représentées par de petites boîtes superposées sur plusieurs colonnes qui apparaissent à l’affichage de la page de profil de l'utilisateur. Ces applications modifient la page de l'utilisateur et lui permettent de présenter ou échanger des informations aux personnes qui visiteraient sa page. L'utilisateur trouvera par exemple :
• une liste de ses amis ;
• une liste des amis qu'il a en commun avec d’autres amis ;
• une liste des réseaux auxquels l'utilisateur et ses amis appartiennent ;
• une liste des groupes auxquels l'utilisateur appartient ;
• une boîte pour accéder aux photos associées au compte de l'utilisateur ;
• un « mini-feed » résumant les derniers événements concernant l'utilisateur ou ses amis, sur Facebook ;
• un « mur » (wall, en anglais) permettant aux amis de l'utilisateur de laisser de petits messages auxquels l'utilisateur peut répondre
.

 

Par ailleurs une fonction « chat », disponible depuis avril 2008, permet de signaler à ses amis sa présence en ligne et, si nécessaire, de pouvoir discuter dans un « salon » privé (l'application ne permettant pas, pour le moment, de réunir plus de deux personnes dans un même salon).
Le choix des applications à afficher est laissé à l'utilisateur, qui peut en ajouter après avoir consulté le catalogue, ou bien en supprimer, changer leur agencement sur la page, ou en cacher certaines au public.
Le fait que Facebook soit ouvert aux applications tierces depuis mai 2007 a contribué au succès du site, de nombreux concepteurs, débutants ou experts, n'hésitent pas à proposer leurs applications, qu'elles se destinent au web ou à une utilisation locale. Selon Facebook, il existait au 30 novembre 2007 plus de 8 000 applications, officielles ou non officielles. Des outils et des cadres de développements (framework, API, samples de code…) sont proposés aux développeurs afin que ces derniers puissent formater leurs conceptions aux normes de Facebook. Le FBML par exemple, qui constitue le langage de mise en page standard sur Facebook, est un cousin du HTML compréhensible pour le développeur, mais parfois plus ou moins contraignant.
Le 23 juillet 2008, Facebook présente les dernières avancées de la plateforme Facebook au cours de sa conférence annuelle des développeurs, appelant ses développeurs, dont le nombre dépasse 400 000, à connecter leurs sites Web à Facebook via Facebook Connect.
Capital de la société

En octobre 2007, Microsoft a acheté 1,7 % de Facebook pour la somme de 240 millions de dollars, valorisant la société à hauteur d'environ 15 milliards de dollars. Avec environ 60 millions de fiches à cette date cela représente une valorisation d'environ 250 dollars par fiche, mais a permis à Microsoft de devenir l'unique fournisseur de publicités de Facebook
.
Statistiques

En France, d'après le Figaro, Facebook aurait attiré 3,6 millions de visiteurs entre 2007 et 2008. Cependant, le quotidien relève aussi un nombre croissant d'effacements volontaires de profils.
En octobre 2008, Facebook annonce qu'environ 4,1 millions de Français ont leur profil sur le site44. En septembre 2009, selon l'outil de ciblage des campagnes publicitaires sur Facebook, plus de 12 millions de Français sont présents sur le site — plaçant la France dans la liste des premiers pays par utilisateurs du site — soit un taux de pénétration dans la population de plus de 20 %.
Selon Médiamétrie, avec plus de 11 millions de visiteurs uniques en décembre, Facebook se classe parmi les vingt sites internet les plus visités en France46.
Le graphique suivant présente l'évolution du nombre d'utilisateurs (en millions) de Facebook dans le monde, d'après les chiffres donnés dans la salle de presse du site.

Langues

Facebook est actuellement disponible en 70 langues.
Les premières traductions à être lancées, en février 2008, ont été les versions en espagnol et en allemand.
La version française de France a été mise en ligne le 10 mars 2008, alors que la version en français québécois a été lancée le 6 avril 2009.
D'autres langues ont également été introduites sur le site ou sont en cours d'introduction, principalement des langues très répandues, mais également des langues régionales (le basque, le catalan) ainsi que dans la langue internationale de l'espéranto.
Facebook demande aux utilisateurs de son site de contribuer à la traduction de l'interface dans leur langue maternelle. Tout utilisateur du réseau peut proposer une traduction des phrases originales en anglais. Ces propositions de traduction sont ensuite soumises aux internautes qui votent pour la meilleure. Les traductions « officielles » des phrases sont, en définitive, celles ayant été considérées comme les meilleures par les utilisateurs de Facebook.

    2009


   
©2004-2010 Jean–Louis Swiners & INNOVATION-CREATIVE.COM
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Ancre

Jean-Louis Swiners. Le 19 septembre 2010

TITRE

             
•   •   ••   •
Visuel
Visuel
Visuel
Visuel

Commentaires

Tags : ……

Pour mémoire (Wikipédia France ou, à défaut, en anglais)

Titre

 

     
   
Date

 

Titre


     
   
Date